GLOBALADVOCACY . c o m

Chacun d'entre vous peut créer l'évènement!

   




 

 

     

    

 

 

Les jeunes Chinois face au défi de
la culture occidentale



Sur la scène internationale, la Chine d'aujourd'hui côtoie la culture occidentale, plus particulièrement celle des États-Unis. Maintenant, il n'est pas rare de rencontrer de jeunes Chinois aux cheveux teints en blond qui écoutent du rock et qui se passionnent pour les tournois de la NBA. La pénétration de la culture occidentale en Chine a des répercussions profondes tant chez les jeunes que dans la société.

DEPUIS l'application de la politique de réforme et d'ouverture, les jeunes Chinois ont de nombreux contacts avec la culture populaire occidentale. Ils se rendent souvent dans les McDonald's, KFC (Kentucky Fried Chicken) et Pizza Hut pour s'imprégner de l'ambiance occidentale qu'a apportée l'arrivée de la restauration rapide. Ils adorent les longs métrages de Hollywood et se passionnent pour les tournois de la NBA et les matchs de foot.

En Chine, en seulement quelques années, le nombre de succursales de McDonald's est passé à 600 environ ; celui des KFC dépasse le millier. Les films de Hollywood occupent une grande part du marché chinois du film pour atteindre un milliard de yuans par année; la CCTV (Télévision centrale de Chine) diffuse en direct, presque chaque soir, des tournois de la NBA sur sa chaîne de sports. Les revues officielles Hoop et NBA Inside Stuff trouvent un auditoire de plus en plus nombreux parmi les jeunes.

En 1999, d'après une enquête effectuée auprès de lycéens des régions littorales de Chine, les élèves faisaient de Michael Jordan et de Chan Lung (Jackie Chan) leurs idoles. La deuxième enquête effectuée en 2002-2003 montre un nouveau classement : Andy Lau (Liu Dehua), Jackie Chan et David Beckham. « Il faut avouer que les pays occidentaux développés sont plus avancés que la Chine. Leur culture et leurs produits suscitent toujours un vif intérêt chez les Chinois », dit Zhang Yan, étudiante de 3e année de l'Institut de diplomatie de Beijing. Parmi ses amis et ses camarades, si quelqu'un ne connaît pas les noms des vedettes de football et de basket-ball, ils paraissent un peu arriérés. La culture occidentale exerce une grande influence sur des élèves du secondaire et du primaire. Ils connaissent bien « Harry Potter » et « Finding Nemo », et ils ont fait de Michael Jordan et de David Beckham leurs idoles. Ils aiment porter des vêtements sport portant la marque Nike et Adidas.

Dans ce contexte, la civilisation traditionnelle chinoise a perdu la faveur des jeunes. Parmi les fêtes traditionnelles chinoises, la fête du Printemps est toujours considérée comme une fête de premier plan. Cependant, la fête des Lanternes (la nuit du quinzième jour de la première lune) et la fête du Dragon (le cinquième jour du cinquième mois lunaire) sont peu à peu oubliées par les jeunes, alors que la Saint-Valentin, Noël, la fête des Pères et celle des Mères sont de plus en plus célébrées. Par ailleurs, le mariage à l'occidentale que favorisent certains jeunes a froissé les sentiments des parents. En 2000, une enquête effectuée auprès de jeunes de Beijing montre que 30 % des jeunes s'opposaient aux relations prémaritales et que 46 % des jeunes de moins de 20 ans y étaient favorables. C'est pourquoi des sociologues ont sonné l'alarme : on doit résister à la pénétration de la culture occidentale.

La tradition profondément enracinée

La réalité sociale témoigne que la culture occidentale a influencé les notions de valeur et le mode de vie des jeunes Chinois. Dans ce contexte, il faut bien analyser si la majorité des jeunes Chinois assimileront peu à peu la culture occidentale.

Après avoir lu des reportages dans les médias, Zhang Yan a de la peine à les croire. Ses propres observations de la société et ses discussions avec ses camarades lui ont permis d'analyser l'influence de la culture occidentale. Avec ses camarades, elle a effectué des enquêtes auprès de centaines de jeunes âgés de 15 à 30 ans de sept villes du pays : Beijing, Chongqing, Xining, Weihai, etc. Ses études ont confirmé son hypothèse. Elle a finalement découvert que 62,55 % des jeunes aiment dîner à l'occidentale et ont un esprit indépendant, et que 10 % adorent la nourriture occidentale et la restauration rapide. Sur le plan familial, 15,03 % des jeunes préconisent la liberté et l'indépendance, et 44 % mettent l'accent sur les droits et devoirs envers la société. Le résultat de ses enquêtes a été confirmé par le professeur Fang Ning, expert des études sur la question des jeunes Chinois à l'Institut de politique de l'Académie des sciences sociales de Chine. Le professeur Fang estime que l'influence de la culture occidentale sur les jeunes Chinois n'est pas à ce point profonde pour justifier certains reportages exagérés, surtout pour ce qui concerne la moralité et la notion des valeurs. Cela a été confirmé dans les enquêtes de Zhang Yan. Les réponses à ses questionnaires ont révélé que les jeunes Chinois aiment beaucoup les films occidentaux, car la technique des films de Hollywood est remarquable. Cependant, le contexte historique, culturel et social ne les attire pas particulièrement. En un mot, l'influence sur le comportement ne signifie pas une approbation aveugle de la culture occidentale.

Par ailleurs, l'influence de la culture occidentale est limitée à des groupes d'âge et à des régions. Les jeunes de la grande ville constituent un groupe qui dispose d'un accès facile à la culture occidentale par une grande variété de canaux. Au contraire, les jeunes des villes moyennes et petites n'ont pas ces occasions et n'ont pas la connaissance de la culture occidentale des premiers. Cette année, Yu Jun a 40 ans. Dans les années 1980, il étudiait à l'université. Sous l'influence du libéralisme, on préconisait alors l'occidentalisation intégrale. Tout comme les autres jeunes, Yu Jun menait alors une « vie à l'occidentale ». Aujourd'hui, un grand nombre de ses camarades sont encore célibataires. Yu Jun déclare : « À cette époque-là, vivre en célibataire correspondait à une nouvelle tendance. Aujourd'hui, le choix du célibat est une action réfléchie. Les jeunes pourront grandir sous le drapeau rouge. Je crois qu'ils sont en mesure de s'éveiller et de maintenir à nouveau la tradition. »

Les enquêtes de Zhang Yan nous laissent entrevoir la situation actuelle de la culture des jeunes Chinois. Selon celles-ci, les étudiants chinois n'oublient jamais la tradition millénaire de la nation chinoise. Citons à l'appui un exemple donné par un professeur des États-Unis : les étudiants occidentaux considèrent le week-end comme une période de repos, mais les Chinois qui étudient à l'étranger profitent de ce temps pour lire. Ces différences donnent à penser que la tradition chinoise est incontournable et que les jeunes Chinois auront de la difficulté à vivre en parfaite harmonie dans la société occidentale. M. Stanley Rosen, professeur du département de sciences politiques de l'université South California, a prononcé une conférence en Chine en août dernier. Il y déclarait : « J'ai demandé à nos étudiants chinois de me dire pourquoi ils étudient dans le département de sciences politiques. Ils m'ont répondu : pour obtenir facilement un visa. Mais après un an d'études, la grande majorité de ceux-ci avaient changé pour l'informatique ou le MBA. En réalité, tous ces jeunes pragmatiques profitaient d'abord des études politiques pour se rendre aux États-Unis et changeaient ensuite de département ou faisaient simplement du commerce. » Le professeur Stanley Rosen estime que de tel cas ne se rencontrent pas uniquement aux États-Unis. Peut-être certains jeunes Chinois prennent-ils qu'un seul volet de la « réalité occidentale »!

Combiner la culture traditionnelle chinoise et la culture occidentale

Aujourd'hui, les médias ont connu un grand développement. Les jeunes Chinois entrent en contact avec la culture occidentale par des voies multiples, surtout depuis la vulgarisation d'Internet. En quelques heures seulement, quantité d'informations et de nouveaux modes de vie peuvent se répandre partout dans le monde par Internet. D'après les statistiques du CNNIC, au 30 juin 2004, on comptait 87 millions d'internautes, et la plupart des usagers étaient des jeunes. Internet est maintenant un canal important pour connaître une grande variété de cultures. L'ouverture de la société moderne et la diversité des cultures permettent aux jeunes Chinois d'affronter le défi de la culture occidentale et de chercher leurs propres racines culturelles.

Éprouvés par le libéralisme des années 1980, les jeunes Chinois ont augmenté leurs connaissances et ils n'ont plus une confiance aveugle dans la culture occidentale. Face à la culture occidentale et à la culture traditionnelle chinoise, ils analysent, comparent et distinguent. En 2000, des enquêtes et des recherches sur la conception du monde, la conception de la vie et la notion des valeurs des jeunes ont été effectuées à Tianjin. Ces recherches ont démontré des changements en ce qui concerne leur conception de la vie par rapport au mariage et à la sexualité. On comptait 7,7 % d'étudiants et 7,2 % de jeunes travailleurs qui favorisaient la liberté sexuelle, et 73,3 % qui s'y opposaient. En revanche, la plupart des jeunes écartaient la moralité féodale et l'exigence de la virginité pour la femme, mais certains jeunes l'approuvaient encore. En conclusion, les jeunes Chinois ne préconisent pas l'occidentalisation à tout prix. Par contre, ils analysent. Ils prennent le meilleur de la culture occidentale et s'en servent comme arme spirituelle, et en cela, c'est un progrès. Les enquêtes à Tianjin démontrent que 30 % des jeunes estiment que combiner la culture occidentale avec la civilisation traditionnelle chinoise est une tendance nécessaire.

En réalité, il n'est peut-être pas si difficile de cerner le mode de vie des jeunes. Peut-être sont-ils les produits à la fois de la culture occidentale et de la civilisation traditionnelle chinoise. Dans notre société actuelle, des jeunes décident de se marier à 30 ans afin d'améliorer leurs conditions de vie.

M. Hu Shouwen, directeur de la Maison d'édition de la jeunesse de Chine, estime que la pénétration de la culture occidentale est certes un défi pour la civilisation traditionnelle chinoise, mais que cette réalité n'est pas un mal. En réalité, celle-ci nous permet de découvrir nos insuffisances et ses bons côtés. M. Zhang Qizhi, célèbre historien sur la culture et les idéologies et professeur de l'université Qinghua, préconise aussi de renforcer l'éducation traditionnelle des jeunes Chinois sur la culture historique de la Chine. Selon ses dires, c'est seulement par une éducation de base sur la culture traditionnelle chinoise qu'on pourra puiser ce qui peut nous être utile dans la culture occidentale.


(Chine au présent)

 

 

 

 

 GlobalAdvocacy.com     
 © China Internet Information Center
  User Agreement | Privacy Policy